Hasparren compte 77 exploitations agricoles , dont l’activité est principalement tournée vers l’élevage.

L’élevage de brebis laitières est majoritaire, les éleveurs sont essentiellement engagés dans une production selon le cahier des charges de l’Appellation d’Origine Protégée Ossau-Iraty (lien)

Le témoin de la prédominance de l’élevage ovin est le marché aux agneaux, qui a lieu tous les mardi.

Au-delà du marché traditionnel du mardi, Hasparren est également un centre de rassemblement pour les opérateurs du secteur (Lur Berri, Caoso…).

Beaucoup d’exploitations sont “mixtes”, c’est-à-dire qu’elles élèvent à la fois des brebis et des bovins viande, la race la plus couramment rencontrée à Hasparren est la Blonde d’Aquitaine, ou encore des chevaux. Certains sont des chevaux de race “lourdes”, classiquement rencontrées en France, mais la plupart des équidés de la commune sont des Pottoks. Le Pottok est une race à part entière, signifiant “petit cheval”, qui évolue en semi-liberté dans les montagnes et espaces pastoraux du Pays Basque.

La diversité de l’élevage est importante puisque l’on recense également quelques élevages de vaches laitières, de brebis viande, de chèvres, de poules pondeuses, de poulets, de canards ou encore de porcs Kintoa. Hasparren fait en effet partie de la zone de production de cette race basque, adaptée à l’élevage extensif.

La commune compte également quelques maraîchers.

Une partie des producteurs de la commune vend sa production directement aux consommateurs (lien vers l’annuaire).

Les landes communales et l’Ursuya

La commune de Hasparren est la seconde commune du Pays Basque en terme de superficie, elle possède en effet un territoire de près de 7700 hectares. La commune de Hasparren détient près d’un tiers du territoire communal, divisé en une surface forestière communale, en terres laissées à bail aux agriculteurs et en zones pastorales collectives d’une superficie de plus de 700 hectares.

Trois grands secteurs peuvent être distingués:

  • Marmau     
  • Les Pétroles    
  • L’Ursuya      

Ces zones ont avant tout une vocation pastorale, puisque des animaux y pacagent et y évoluent en semi-liberté: pottoks, vaches, brebis… 
Ces espaces sont également entretenus par les agriculteurs qui y fauchent et récoltent la fougère aux mois de septembre et octobre.

L’Ursuya, qui signifie la montagne des sources, n’est pas uniquement un lieu de randonnées. Ce massif à cheval sur les communes de Macaye, Mendionde, Cambo-les-bains et Hasparren est en premier lieu une zone pastorale, délimitée par un réseau de “passages canadiens“ permettant de contenir le bétail .

La forêt communale de Hasparren

La forêt communale de Hasparren s’étend sur une surface d’un peu plus de 340 hectares, divisé en trois secteurs: Mindeia, Pelloenia et Xistahitze, situés au Nord du territoire communal.
L’ensemble de ces surfaces relèvent du domaine forestier et sont gérés par l’Office National de la Forêt.
Un réseau de pistes sillonne la forêt, ce qui en fait un lieu de balades et de promenades à explorer.

 

Astuces pour un printemps Zéro phyto 

Le printemps est là, les oiseaux gazouillent, Dame Nature revêt son manteau chatoyant et chamarré, la javel coule à flot et le gros sel se répand comme la neige en hiver… Hélas les mauvaises habitudes ont la vie dure, et même si le fer de lance de cette tuerie silencieuse a été interdit par les autorités le 1er janvier 2019, j’ai nommé le Glyphosate ; de nombreux particuliers amoureux de leur jardin paradisiaque, se sont rangés du côté des alternatives naturelles aux résultats de ce produit…. Pas toujours aussi inoffensives qu’on ne le pense.  

D’après un entretien de Mediabask avec Marion Delaye, inspectrice environnement au sein de l’OFB (Office Français de la Biodiversité), il est important aujourd’hui, de changer nos habitudes, surtout à l’égard de notre planète.  

« Soucieux de l’environnement beaucoup se tournent vers le vinaigre blanc, le sel, la Javel et piochent sur internet le bon dosage… C’est pire ! Le sel comme la Javel sont toxiques pour les organismes vivant dans l’eau et le sol, ils vont modifier la structure interne de ce dernier et réduire sa perméabilité. L’utilisation de tous ces produits (herbicides, fongicides, insecticides…) est considérée comme le même délit que l’utilisation des produits PPP de synthèse (Produits Phytopharmaceutiques) », précise l’inspectrice, les amendes pouvant aller jusqu’à 150 000€.  

Quelles sont alors les options pour les particuliers qui veulent entretenir correctement leur jardin ?  

Vous pouvez acheter des produits de biocontrôle portant la mention “Emploi Autorisé dans les Jardins” (EAJ). Ils sont souvent à base d’acide pélargonique, un acide gras d’origine végétale que l’on trouve par exemple dans les géraniums. « Mais ces produits de biocontrôle restent des herbicides et parfois les particuliers ont tendance à doubler les doses » met en garde Marion Delaye. 

Moins répandue chez les particuliers mais très efficace et respectueuse des sols, la technique de l’enherbement : elle consiste à semer ou laisser pousser une ou plusieurs espèces de plantes, dans les allées et les jardins. Elle permet de réduire les surfaces de sol à nu, ce qui évite les risques d’érosion, améliore la filtration et l’infiltration de l’eau et augmente la biodiversité des sols. Et pour l’entretien une simple tonte suffit. 

Ceci n’est qu’un maigre exemple mais il nous faut devenir bien informés, notamment grâce aux organismes de contrôle comme l’OFB afin d’apprendre à jardiner autrement, à être plus responsable de l’environnement et soucieux de la Terre que nous allons laisser à nos enfants. 

 

Si vous souhaitez approfondir le sujet, voici le lien de l’article de Mediabask (un abonnement est nécessaire) : https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20220318/pesticides-quelles-options-pour-les-particuliers 

 


 

Le recensement agricoleLe recensement agricole

Le recensement agricole a pour objectif d’actualiser les données sur l’agriculture française et de mesurer son poids dans l’agriculture européenne. Ces données permettent également de définir et d’ajuster des politiques publiques au niveau national et local.

 

Les nouveautés 2020

Une grande partie de la collecte s’effectuera par Internet. La collecte des informations sera organisée entre le 1er octobre 2020 et le 30 avril 2021.

Télécharger l’affiche du recensement agricole – [PDF – 600KB] –

Télécharger l’affiche du recensement agricole “Comment ça marche?” – [PDF – 600KB] –

Télécharger l’affiche du recensement agricole “A quoi ça sert?” – [PDF – 600KB] –