Chapelle du Sacré-Coeur - Hasparren, Hazparne, Pays Basque

Présentation de la Chapelle du Sacré-Coeur

Construction de la chapelle primitive : 1841
Reconstruction : 1928 / 1931
Réalisation des vitraux : 1935
Réalisation des peintures murales : 1935 / 1940
Consécration : 08 / 12 / 1936
Classée Monument Historique : 2011

La chapelle du Sacré-Coeur d’Hasparren ou chapelle des Missionnaires

La chapelle du Sacré-Coeur d’Hasparren, ou chapelle des Missionnaires, est édifiée en 1841 dans la maison des Missionnaires créée par l’abbé Garat. Sa petite taille ne permet pas d’accueillir tous les fidèles, aussi en 1925 un projet de reconstruction est-il envisagé.

C’est le chanoine Pierre Lopez de la Vega, sixième supérieur de la maison des Missionnaires, qui est à l’origine de la nouvelle chapelle du Sacré-Coeur. Sous le porche de la chapelle, sa tombe porte une inscription précisant l’origine du financement des travaux.

Les architectes Hiriart, Lafaye, Tribout et Beau débutent la construction en 1928. Elle s’achève en 1931 par la bénédiction du chanoine Landerretche.

Ce nouvel édifice de style néo-Renaissance offre un décor particulièrement riche.

En 1935, des verrières, ainsi qu’une série de mosaïques sont exécutées par l’atelier des Frères Mauméjean. Ce décor de style Art déco contraste avec l’aspect froid de l’architecture.

Le 8 décembre 1936, la chapelle est consacrée par Monseigneur Houbaut, évêque de Bayonne.

Si l’ordre du Sacré-Coeur disparaît en 1975, la chapelle à Hasparren est conservée. Classée aux Monuments Historiques depuis 2011, elle est aujourd’hui la propriété de la Commune et bénéficie depuis 2019 d’un énorme chantier de restauration sur 4 ans.

Peintures murales de la chapelle du Sacré-Coeur

Réalisation : 1932 / 1933
Créateur :
Peintre : A. Sauvage

Peu après sa construction, entre 1932 et 1933, un décorateur de Courbevoie, A. Sauvage, élève de Léon Bonnat, réalise une série de fresques recouvrant une grande partie des murs de la chapelle.

Près de cinquante saints et saintes peints sur les murs de la nef mènent les fidèles vers le choeur où se trouve la représentation du Christ. Apôtres, évêques, martyres, abbés, docteurs de l’Église se mêlent à la procession.

Chaque personnage, pouvant mesurer jusqu’à deux mètres, est accompagné de l’attribut qui le symbolise. Ainsi, les évêques sont dotés de leur mitre et les martyrs de leur palme. Certaines sources prêtent à quelques personnages le visage de l’évêque du moment : Monseigneur Gieure et celui du maire de la commune, Monsieur Jean Lissar.

Le style de ce cortège se situe à la confluence entre le maniérisme italien, l’Art déco et le style byzantin.

Ce programme peint se rapproche de celui réalisé en 1946 par André Trébuchet dans l’église d’Ustaritz, une commune voisine, et représentant lui aussi une procession de saints.

Le calvaire

Ce sont également les Missionnaires qui érigent le calvaire d’Hasparren, en 1890 ; ils s’étaient progressivement portés acquéreurs de 5ha sur le mont Arroltzmendi. En 1890 il a été inauguré sur une superficie totale de 46 256 m². Ce site mérite que l’on s’y rende en promenade. La vue que l’on y découvre s’étend jusqu’à des horizons lointains.

 

 


_______________________________
Partager / Imprimer / PDF
Retourner en haut de la page